ARTICLES

Pour toute commande de dossier, contactez Christine BIAS au 01 40 22 70 73
ou par mail c.bias@gfa.fr

Le 12/08/2020, 00:00:00 > Articles

Histoire du désherbage en grandes cultures

L’ensemble des historiens s’accorde sur le fait que l’agriculture est née à la suite de la domestication de plantes sauvages plus « utiles » que d’autres. C’est ce qui a permis l’émergence des premières sociétés telles que nous les connaissons. Pendant 10 000 ans, les efforts ont visé, souvent par le travail du sol, à neutraliser les plantes autres que celles destinées à être récoltées (les bonnes herbes), indésirables que l’on nomme adventices et considérées comme mauvaises (herbes). Ce contrôle était vital alors que la survie ordinaire de la famille ou de la communauté dépendait directement de l’importance de la récolte. Cet article propose une revue rapide de l’évolution des systèmes agraires au cours des âges dont tout ou partie de la finalité a visé leur neutralisation.

L’évolution de nos sociétés apparaît comme une succession d’accroissements et de diminutions de la population. Lorsque l’espace vierge disponible à défricher (abattis-brûlis) pour semer s’est réduit et qu’il a fallu utiliser le même sol, la lutte contre les plantes indésirables s’est imposée, au tout début, à la main, avec des outils en bois peu durables ou en pierre, peu maniables. La découverte du fer, la diffusion de la houe et de l’araire ont facilité la mise en place de la jachère biennale. L’agriculture a pu se développer au-delà de l’an 1000, en particulier dans des terres plus lourdes, grâce à la charrue à soc en fer permettant la jachère triennale, puis après 1500, avec la diffusion des légumineuses fourragères remplaçant la jachère. Malgré cette évolution des systèmes agraires, les populations souffraient de famine, toujours en cas de guerres mais le plus souvent  à la suite de mauvaises récoltes, ces disettes servant de terrain aux épidémies. Le dernier saut technologique s’est fait à l’orée du XXe siècle avec l’observation de l’effet herbicide du sulfate de cuivre. La gestion par les herbicides sélectifs venait de voir le jour.

Tous les articles

Auteurs:

    Commentaires

    Ajouter un commentaire :




    • Pour garantir la sécurité de notre base de données, nous vous demandons de bien vouloir recopier le code dans la zone de texte. Pour y échapper, identifiez-vous.

    Les notes communes RÉSISTANCES 2020 pour la vigne et les céréales à paille et le colza sont disponibles

    Tableau de comparaison variétale qui accompagne l’article « Genèse d’un basilic résistant intermédiaire au mildiou » de Guillaume Frémondière, en p. 34 de notre numéro 737.


    Phytoma - GFA 8, cité Paradis, 75493 Paris cedex 10 - Tél : 01 40 22 79 85