ARTICLES

Pour toute commande de dossier, contactez Christine BIAS au 01 40 22 70 73
ou par mail c.bias@gfa.fr

Le 02/04/2020, 00:00:00 > Articles

Lutte contre Drosophila suzukii lâchers inondatifs en fin d’hiver

Après les très lourds dégâts causés en 2018 par les pullulations de Drosophila suzukii (Matsumara, 1911), et face à l’absence immédiate de solution alternative aux traitements phytopharmaceutiques, les producteurs de cerise sont en attente d’innovations pour les aider à protéger leurs cultures.

À la suite de la mise sur le marché du produit Trichopria500 de Bioplanet, le domaine de La Tapy et ses partenaires ont testé au sortir de l’hiver 2018-2019 des lâchers inondatifs du parasitoïde Trichopria drosophilae (Perkins, 1910) afin d’évaluer leur impact sur la dynamique de Drosophila suzukii (Matsumara, 1911). L’essai 2019 a ciblé les populations de drosophiles abritées dans les gîtes hivernaux en bordure de vergers de cerisiers.

Comparés à des zones sans lâcher, dans les conditions de l’essai, les résultats ne montrent aucune évolution différentielle des populations de drosophile, et les taux de parasitisme sont nuls.
Étonnamment, la survie des pupes de drosophile est également quasi nulle avant la mi-mai. Ces résultats sont confirmés par des essais en laboratoire : les pupes de D. suzukii sont très sensibles aux températures relativement basses du début du printemps. Nous en concluons que tout lâcher effectué avant la fin des gelées nocturnes est inutile, faute d’hôte viable pour le parasitoïde.
Ces données de terrain confirmeraient l’hypothèse selon laquelle, sous nos latitudes, D. suzukii ne survivrait à l’hiver que sous forme adulte et donc sans génération intermédiaire.

Tous les articles

Auteurs:

    Commentaires

    Ajouter un commentaire :




    • Pour garantir la sécurité de notre base de données, nous vous demandons de bien vouloir recopier le code dans la zone de texte. Pour y échapper, identifiez-vous.

    Phytoma - GFA 8, cité Paradis, 75493 Paris cedex 10 - Tél : 01 40 22 79 85