ARTICLES

Pour toute commande de dossier, contactez Christine BIAS au 01 40 22 70 73
ou par mail c.bias@gfa.fr

Le 02/04/2020, 00:00:00 > Articles

Echanges mondiaux et santé des plantes : stratégies préventives

Les organismes nuisibles n’ont pas de frontières. En santé végétale, comme en santé humaine, la mondialisation implique de coordonner les efforts, en commençant par la prévention.

Le14 décembre dernier est entré en application un nouveau règlement (UE 2016/2031) relatif à la santé des végétaux) avec comme objectif de limiter la propagation d’organismes nuisibles au sein de l’Union européenne, et de mieux gérer les risques existants et émergents. Pour ce faire, les bioagresseurs sont classés par ordre de priorité, les opérateurs professionnels sont responsabilisés pour la mise en circulation de végétaux sains (passeport et certificat phytosanitaires, traçabilité, obligation d’information en cas de suspicion, mesures d’urgence), et les règles de surveillance et de lutte sont uniformisées au sein de l’UE.

Le règlement distingue deux catégories principales d’organismes nuisibles : les organismes de quarantaine (OQ – ex. : Xylella fastidiosa, Bursaphelenchus xylophilus), non présents sur le territoire ou peu disséminés et dont la propagation aurait une grave incidence ; et les organismes réglementés non de quarantaine (ORNQ, plus de 250 listés – ex. : virus de la sharka, charançon rouge du palmier), présents sur le territoire et transmis principalement par des végétaux spécifiques destinés à la plantation. Parmi les quelque 175 OQ listés, vingt OQ prioritaires font l’objet d’une surveillance annuelle, d’exercices de simulation ou de plans d’action particuliers. Le règlement n° 2019/2072 du 28 novembre 2019 inventorie ces différentes catégories d’organismes nuisibles.
En France, près de 200 organismes (OQ, organismes faisant l’objet de mesures d’urgence UE ou de mesures nationales) feront l’objet de mesures de surveillance en 2020 contre une trentaine en 2019 (examen visuel, prélèvement « asymptomatique », piégeage…). Afin d’améliorer cette surveillance, une plateforme d’épidémiosurveillance a été mise en place en 2018...

Tous les articles

Auteurs:

    Commentaires

    Ajouter un commentaire :




    • Pour garantir la sécurité de notre base de données, nous vous demandons de bien vouloir recopier le code dans la zone de texte. Pour y échapper, identifiez-vous.

    Les notes communes RÉSISTANCES 2020 pour la vigne et les céréales à paille et le colza sont disponibles

    Tableau de comparaison variétale qui accompagne l’article « Genèse d’un basilic résistant intermédiaire au mildiou » de Guillaume Frémondière, en p. 34 de notre numéro 737.


    Phytoma - GFA 8, cité Paradis, 75493 Paris cedex 10 - Tél : 01 40 22 79 85