ARTICLES

Pour toute commande de dossier, contactez Christine BIAS au 01 40 22 70 73
ou par mail c.bias@gfa.fr

Le 04/10/2017, 00:00:00 > Articles

Dégâts causés par C. marshalli sur des pélargoniums en Algérie

Des dégâts importants sur Pelargonium peltatum (nom populaire : géranium lierre) ont été observés par des particuliers sur un plant acheté début juin 2017 près d’Alger.

Les symptômes caractéristiques et la morphologie des différents stades de développement du ravageur ont conduit à identifier l’espèce responsable : Cacyreus marshalli.

Ce lépidoptère originaire d’Afrique du Sud, introduit en Europe à la fin des années 1990 et dont l’aire de dispersion ne cesse de s’élargir, aurait pu pénétrer en Algérie il y a plusieurs années sans causer de dégâts visibles sur les espèces de géranium communes. En Algérie, des prospections menées à Oran et Mostaganem n’ont pas décelé le ravageur dans d’autres régions que celle où il a été découvert.

Pour lutter contre cet insecte invasif, plusieurs recherches de moyens alternatifs à la lutte chimique exclusive ont été conduites en Europe (Espagne, France). Les trichogrammes, parasitoïdes oophages, sont considérés comme efficaces car, agissant sur le stade œuf, ils empêchent les larves de creuser, dans les fleurs et feuilles, des galeries qui rendent le plant non commercialisable. D’autres ennemis naturels prédateurs ont été testés pour constituer un moyen de lutte complémentaire associé à des produits sélectifs. La recherche d’ennemis naturels spontanés dans les régions contaminées pourrait déboucher sur des résultats intéressants.

Tous les articles

Auteurs:

    Commentaires

    Ajouter un commentaire :




    • Pour garantir la sécurité de notre base de données, nous vous demandons de bien vouloir recopier le code dans la zone de texte. Pour y échapper, identifiez-vous.

    Erratum Tavelure du
    pommier

    Correctif
    Dans l’article de Benoît Barrès et al., « Résistances aux fongicides de Venturia inaequalis », Phytoma n° 725, p. 48-51, les cartes de la Figure 1 comportaient des erreurs. Concernant le krésoxim-méthyl, 27 échantillons ont été omis lors de la compilation des données.Les effectifs des camemberts déjà représentés varient très peu, la plus grosse différence se trouvant dans l'ouest de la France, où il y a de nouveaux camemberts. Les effectifs dans le tableau complétant la figure sont par conséquent également affectés pour la ligne krésoxim-méthyl : 183 (au lieu de 156) et 137 (75 %) (au lieu de 124 (79 %).
    Phytoma - GFA 8, cité Paradis, 75493 Paris cedex 10 - Tél : 01 40 22 79 85